Le grand requin blanc

Le grand requin blanc (Carcharadon carcharias) ou la grande victime des dents de la mer

 

Star de films, tueur sanguinaire, on le connait tous ou du moins on croit le connaître mais qui est vraiment le grand requin blanc (Carcharadon carcharias) ?

Zone de répartition

zoologie - grand requin blanc - carcharadon carcharias - poisson - ichtyologie - catilagineux  - espèce menacée - océan - aout 2012 - Steven Spielberg - Les dents de la mer - surfeur - André Hartmann - Californie

On trouve le grand requin blanc dans toutes les mers tempérées du globe et parfois même dans les mers tropicales, il est très présent en Australie, en Afrique du Sud, en Californie ainsi que dans les Caraïbes, l'océan Pacifique, notamment au large des côtes hawaiiennes, du Japon aux Philippines, de la Nouvelle-Calédonie à la Nouvelle-Zélande. Il a été observé au large des côtes d'Alaska. Les jeunes vivent généralement dans les eaux de surface tandis qu'arrivé à un certain âge, ils se rendent plus souvent dans des eaux plus sombres et plus profondes. On trouve donc des grands requins blancs entre la surface et jusqu'à un peu plus de mille mètres.

zoologie - grand requin blanc - carcharadon carcharias - poisson - ichtyologie - catilagineux  - espèce menacée - océan - aout 2012 - Steven Spielberg - Les dents de la mer - surfeur - André Hartmann - Californie Image : Canadian register of marine species

Les grands blancs sont d'infatigables voyageurs, l'équipe de Ramòn Bonfil (World Conservation Society) a équipé 32 grands requins blancs d’émetteurs pour suivre leurs trajectoires et de capteurs pour connaître la profondeur et la température de l’eau. L’une des femelles taguées a traversé l’Océan Indien, aller et retour, en moins de neuf mois, parcourant 20.000 km à la vitesse moyenne de 4,7 km/h.

Fiche d'identité

Le carcharodon carcharias alias grand requin blanc est un lamnidé, groupe qui se distingue par une nageoire presque homocerque (dont les deux lobes sont égaux) et la faculté de réhausser sa température interne par rapport à celle de l'eau de quelques degrés. Il est à noter que ces spécificités ont aussi été adoptées par certaines de leur proies de prédilection, les thons et les espadons.

zoologie - grand requin blanc - carcharadon carcharias - poisson - ichtyologie - catilagineux  - espèce menacée - océan - aout 2012 - Steven Spielberg - Les dents de la mer - surfeur - André Hartmann - Californie Image : Pratique.fr

Historique

Décrit pour la première fois par Carl von Linné en 1758 sous l'appelation squalus carcharias, puis par Sir Andrew Smith qui ajoute le Carcharodon du grec karcharos (aiguisé) et odous (dent), il n'a de blanc que le ventre son dos étant d'un gris varié allant du plus clair au plus fonçé. L'efficacité de ce camouflage a été démontrée par les chasseurs de la luftwaffe pendant la seconde guerre mondiale.

zoologie - grand requin blanc - carcharadon carcharias - poisson - ichtyologie - catilagineux  - espèce menacée - océan - aout 2012 - Steven Spielberg - Les dents de la mer - surfeur - André Hartmann - Californie Image : http://manuel.prego.free.fr/fw190a8.htm

Mensurations

D'un taille pouvant excéder les six mètres et un poids de plus de deux tonnes* pour les plus grands spécimens étudiés (en général des femelles), le grand requin blanc possède une ouïe et un odorat très sensibles, est capable de sentir une goutte de sang dans plus de 4,6 millions de litres d'eau et d'entendre une proie à 1 km de distance. Comme une grande majorité de squalidés et des reptiles aquatiques, il possède des récepteurs sensibles aux champs magnétiques et aux vibrations appelés ampoules de Lorenzini. Comme les autres requins ses dents, crénellées et tranchantes pouvant atteindre 8 cm, tombent et poussent régulièrement tout au long de sa vie.
Le grand requin blanc n'a pas de paupières, il retourne ses yeux dans leur orbites pour les protéger lors d'une attaque ce qui les fait paraître blancs. Ses machoires sont capables selon Steve Wroe de développer 19600 Newton soit près de deux tonnes de pression au cm2.

*Les chiffre avancés de 7 mètres 14 à Malte et plus de 11 mètres dans le passé comme au Nouveau Brunswick ou à Port Fairy sont à mettre entre parenthèses. Voir Le grand requin blanc. de Richard Ellis et John E. McCosker.

Capacités

Le grand requin blanc a aussi démontré une certaine intelligence par rapport aux autres requins. Il est pour l'instant le seul squale à sortir la tête hors de l'eau pour observer son environnement extérieur (les requins tigres en sont soupçonnés). Certaines expériences scientifiques ont démontré qu'il était aussi capable d'apprendre des tours, à l'instar des dauphins et orques, pour obtenir du poisson. D'autres scientifiques ont réussi l'exploit de nager avec des grands requins blancs sans cage de protection, voire de s'accrocher à son aileron dorsal. Le spécialiste André Hartmann s'est même permis de « caresser » le museau de grands blancs, mettant les squales en état d'immobilité tonique.

Les grands requins blancs de méditerranée ont une couleur et un régime alimentaire légèrement différent de ceux qui vivent en zones océaniques.

Reproduction

Son cycle de reproduction est très mal connu. le grand blanc est ovovivipare : les œufs se développent et éclosent dans l'utérus de la femelle, avec cannibalisme utérin (comme les autres lamnidés). Le temps de gestation n’est pas encore connu, car jusqu'à maintenant il n'a encore jamais été observé d'accouplement de grand requin blanc, il est estimé entre 12 à 18 mois.
Les jeunes à la naissance mesurent entre 1,10 et 1,60 mètre et sont déjà des prédateurs capables de survivre par eux mêmes. La période de reproduction se situerait au printemps. Son espérance de vie est évaluée entre 23 et 60 ans.
On estime que le mâle atteint sa maturité sexuelle à 10 ans.

Certains spécialistes pensent que le sexe est fonction de l'age, d'abord mâle jusqu'à un certain âge puis femelle, ce qui expliquerait que les femelles soient les plus grosses mais cela reste à démont"r"er.

Alimentation

Le grand blanc se nourrit d'à peu près n'importe quoi à l'age adulte mais pas n'importe quand ni n'importe ou. Bien que moins vorace que le requin tigre (la poubelle des mers, capable d'avaler un bloc moteur de petite voiture), dans son estomac ont quand même été retrouvés quelques boîtes de conserves ou pièce mécaniques mais guère plus. Il semble que le grand requin blanc revienne d'année en année sur ses lieux de de prédation favoris. Les jeunes se nourrissent exclusivement de poissons.

Il mange de nombreux animaux, y compris les autres requins, les poissons de grande taille (comme le thon, l'espadon, le tarpon...), les tortues, les dauphins, les mammifères, les oiseaux marins et occasionnellement certains cétacés.

Les requins blancs chassent généralement à l’aube ou au crépuscule. A ces heures où la lumière est plus faible, le requin peut passer facilement inaperçu, la coloration gris foncé de son dos se confondant avec le fond marin. De plus, la luminosité est encore suffisante pour lui permettre de voir ses proies nager au dessus de lui.

C'est, avant tout, un chasseur spécialisé dans la chasse des phoques et otaries, même s'il sait se montrer opportuniste . Il faut savoir que son attaque se décompose en plusieurs phases : d'abord le « coup de dents » qui va saigner la proie, le grand requin blanc n'avalant pas des quartiers de viande d'une grosse proie du premier coup. Puis, lorsque la proie est inerte, commence alors l'alimentation à proprement parler.

Les grands requins blancs ne se nourrissent pas d'humains, seuls trois cas d'ingestion totale ont été recensés à ma connaissance mais je manque d'infos sur ce sujet.

Ils sont capables lors d'attaques spectaculaires de faire des bonds de plus de 3 mètres hors de l'eau, appelés par certains sauts du diable.

Seuls les grands blancs d’Afrique du Sud usent de cette technique. En Australie ou en Californie, ils ne sautent pas dans les airs de façon aussi marquée. Quelques scientifiques voit en cela une preuve de la capacité d’apprentissage des grands requins blancs.

Si il est le prédateur de beaucoup de mammifères, mais il en est aussi occasionnellement la proie (Son statut de prédateur suprême des océans en prend un coup).

Évolution des effectifs

Il est difficile d’évaluer précisément la population de requins blancs qui n’est pas surveillée. En compilant des rapports de pêche dans l'océan Atlantique nord-ouest de 1986 à 2000, des chercheurs canadiens avaient estimé que le nombre de requins blancs avait chuté de 79% pendant cette période. Globalement, la population de requins avait décliné de plus de 50% en 15 ans.

En Australie, le nombre de requins blancs dans ses eaux a diminué de 94% entre 1980 et 1990. Quelques 500 de ces grands requins y seraient tués chaque année. L’Afrique du Sud a interdit la pêche du requin blanc dès 1992 et d’autres pays, comme la Namibie, les Etats-Unis, l’Australie ou les Maldives avaient adopté des mesures de protection.

Actuellement, le grand requin blanc est inscrit sur la liste rouge de l'IUCN en tant qu'espèce vulnérable. D'après leur dernier rapport, la population totale n'est pas connue.

La pêche intensive (pour leurs nageoires), les prises accessoires (lorsqu'ils se prennent dans les filets des pêcheurs), la disparition de leur habitat et la pollution sont autant de causes qui réduisent l'espérance de vie du requin blanc et des requins en général.

D'après un recensement effectué entre 2006 et 2008, il n'y aurait plus que 219 grands blancs, adultes et jeunes, au large des côtes californiennes. Pourtant cette région est supposée accueillir l'une des plus importantes populations de requins blancs au monde.

Suite à ces nouvelles informations, le grand blanc risque bien de tomber dans la catégorie "en danger" ou même porter l'étiquette annonçant une "menace sérieuse" de disparition.

Évolution des attaques dans le temps

Une banque de donnée Américaine répertorie 5000 cas d’attaques sur l’homme des années 1550 à nos jours. Ses analyses statistiques précises permettent d’expliquer les causes réelles de ces rencontres très exceptionnelles mais souvent tragiques.
Depuis longtemps le mythe du requin mangeur d’homme nourrit bien des fantasmes et des terreurs, exploité à souhait dans des films comme «Les Dents de la Mer». Pourtant, sur les 400 espèces connues à ce jour, 83% mesurent moins de 2 m à l’âge adulte et une douzaine seulement seraient réellement dangereuses pour l’homme...

Cette crainte des attaques, parfois justifiée par de trop nombreux accidents notamment aux USA ou en Australie, a poussé les gouvernements à prendre des mesures de protections (meshing : filets) et les scientifiques à créer des programmes d’études et de méthodes de prévention. Ainsi, dès la fin de la première guerre mondiale l’US Navy chercha alors un répulsif efficace pour protéger ses pilotes tombés en mer. Elle fut à l’origine de la création d’un fichier international des attaques unique au monde. Constitué à partir de questionnaires détaillés, l’ISAF (International Shark Attack File) contient près de 3000 rapports couvrant la période de 1550 à nos jours. Cette banque de données exceptionnelle est gérée depuis 1988 par l’American Elasmobranch Society au Musée d’histoire Naturelle de Floride. D’autres fichiers comme la Mediterranean Shark Attack File (MEDSAF) ou le Natal Shark Board (Institut sud-africain) lui apportent des informations complémentaires . Les statistiques publiées par l’ISAF sont sans appel : les attaques de requins restent extrêmement rares. Seulement 50 à 75 cas environ sont dénombrés chaque année de part le monde, dont 10 à 30 seraient mortels.

Les attaques contre l'homme se terminent dans la majorité des cas après le coup de dents initial. En effet, lors de la morsure, des récepteurs situés dans la gueule « goûtent » la proie, ce qui permet au requin de savoir si celle-ci est suffisamment riche en graisse. L'homme n'apporte pas assez de graisse pour le requin blanc, le squale ne reconnaissant pas le goût de sa proie l'abandonne.
Il est évident que la pression exercée par la mâchoire (plus de cinquante centimètres de diamètre) et les dents coupantes comme des lames de rasoir laissent un résultat impressionnant, souvent désastreux, sur un corps humain.

Il existe une forte corrélation entre le nombre d’attaques de requins et l’heure du jour. En effet, les études de l’ISAF démontrent que la plupart d’entre elles survient en fin d’après-midi entre 16 et 20 heures comme en Australie où 50% des attaques ont eu lieu durant cette tranche horaire. Les réquins, prédacteurs noctures, par excellence sont alors en pleine activité de chasse. La baisse de visibilité augmente ici la confusion évoquée des proies préférées du requin avec les surfeurs ou baigneurs, d’autant plus que la fréquentation des plages reste encore très forte à ces heures. Les plongeurs font davantage de mauvaises rencontres entre 10 h et 16 h. Quant aux jours de la semaine, les W.E connaissent des taux de fréquentation élevés et font l’objet en moyenne de 10 à 15% d’attaques supplémentaires suivant les régions et la période de l’année.

Le grand blanc aurait il une préférence pour le blanc ?

zoologie - grand requin blanc - carcharadon carcharias - poisson - ichtyologie - catilagineux  - espèce menacée - océan - aout 2012 - Steven Spielberg - Les dents de la mer - surfeur - André Hartmann - Californie Image : FLMNH Ichtyology

En aucun cas, ces statisques sont surtout la preuve qu'il y a plus de caucasiens a pratiquer des activités à risques. Peut être aussi que ces attaques sont plus facilement relatées que les autres.

Les dents de la mer

Ce superbe film a malheuseusement diabolisé le grand blanc, grâce à des dialogues ciselés au hachoir et une interprétation sans faille du trio Shaw, Scheider, Dreyfuss. Ce dernier (célèbre scientifique d'un institut inconnu ) par contre accumule les bourdes scientifiques, même pour l'époque et donc encore plus aujourd'hui. Je cite de mémoire :

Les grands blancs mâles sont les plus grands et sont territoriaux : Faux et archi faux.
Les blessures (de la première victime) sont dues à un grand requin, plus grand que la moyenne, un longimane ou un mako : avec une ouverture de machoires de plus d'un mètre bah voyons.

Le succès de ce film (premier blockbuster américain) est du bien sur du aux talents de ceux qui l'ont fait mais surtout sur à la peur qu'il a succité et succite encore. Les suites sont encore pire, mais il est à noter qu'aucun surfeur n'est au menu dans la série, un comble, non ?

Mon avis

Ce superbe prédateur étant au "sommet" de la chaîne alimentaire donc le temoin de la santé des ecosystèmes, et ce sur une aussi grande surface, il devrait être étudié et protégé de beaucoup plus près qu'il ne l'est actuellement. Cela permettrait accessoirement de trouver un moyen de se prémunir des attaques en plus de se rendre compte de la nécessité de sa présence dans nos mers. Sans aucunement mépriser la vie humaine, chaque attaque n'est que le témoignage de l'envahissement de son territoire par les humains. Les populations qui vivent encore à son contact le déifie, pleurent les morts, haïssent le dieu ou le maudissent mais laisse le requin tranquille.

Pecheurs soyez rassurés vous ne risquez pas grand chose. Un grand blanc ne sautera pas sur votre bateau pour s'offir un encas.

Nageurs, soyez conscient que vous êtes chez lui et pas l'inverse.

Et qu'en cas d'attaque, un peu de solidarité est toujours bienvenue. (Voir article)

Surfeurs, prenez les choses du bon coté !

C'est pas encore demain que ce genre de vidéo sera pour de vrai.

Conclusion

Le grand blanc est un prédateur dangereux pour l'homme dans de rares cas, tandis que l'homme est un prédateur dangereux dans presque tous les cas pour le requin.

A méditer

Eric N., Damien R., Philippe Mind

SourcesSciences et Avenir, Dinosoria.com, Les dents de la mer (Film), Corsica - Requins de Méditerrannée, Wikipédia

Liens

Les requins, Spielberg s'est planté : Tueurs nés ou victimes des médias (Prologue)

Attaque de requins en eau douce : Les dents du lac en 1916

Shark attack : Vraiment si souvent que ça ? Enquête sur les attaques de requins

Sujets du forum

Débat : Les requins doivent-ils être considérés comme des nuisibles ?

Si vous souhaitez venir discuter de ce sujet ou d'un autre, rendez-vous ici sur le forum officiel du site

Share

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

actualite et medias

Share

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site