Les dragons sont vivants (Zoologie)

Les dragons sont vivants (Zoologie)

 

Suite de la quatrième partie : " Les dragons sont-ils des chimères ? "

La zoologie : Les dragons sont vivants !

Pour faire un dragon (ou un dinosaure) moderne il faut une créature imposante, carnivore, et à l’allure reptilienne.

Le dragon de Komodo (Varanus komodoensis) fut découvert en 1911 par un aviateur qui dut faire un atterrissage forcé sur une île peu peuplée entre Java et l’Australie.

photo-1292927656353-1-0.jpg

Photographie de dragon de Komodo (Varanus Komodoensis)

Il rentra et raconta avoir rencontré des dragons monstrueux et féroces de 4 mètres de long capables de dévorer des porcs, des chèvres, des cerfs et d’attaquer des chevaux avec une méthode de chasse assez particulière il poursuit sa victime en la recherchant avec sa langue bifide et lui inflige plusieurs morsures avant de la laisser filer. Il attend ensuite qu'elle agonise grâce à la toxicité de sa salive truffée de bactéries. Ce reptile est capable de tuer un homme…

Le crocodile ?

Les égyptiens lorsqu’ils parlaient de dragons parlaient probablement de crocodiles du Nil (Crocodylus niloticus) qui fut décrit par Laurenti en 1768. Ces sauriens à écailles  représentent en grande partie l’idée qu’on se fait encore des dragons même si des siècles et des siècles les ont affublés d’ailes et de la faculté de cracher du feu.

Ces reptiles amphibies peuvent atteindre des tailles impressionnantes pour le crocodile du Nil  la longueur moyenne de l'adulte est de 4 mètres mais l’on a déjà observé des spécimens dépassant les 7 mètres comme « Gustave » par exemple au Burundi.

12147272641415k7p.jpgPhotographie de Gustave et comparatif par rapport à des crocodiles de taille moyenne

Les grecs aussi associaient le dragon au crocodile selon eux il était le gardien de l’eau et de la terre. L’historien Hérodote fit une description du dragon disant que ce dernier pondait ses œufs sur terre et passait ses jours et nuits sous l’eau à surveiller. On ne peut s’empêcher de penser à notre crocodile d’ailleurs « drakon »  vient du grec « derkomai » signifie  « fixer du regard » ou « surveiller ».

On a tous en tête cette image de la gazelle qui boit et se fait attraper et entrainer dans l’eau par une gueule béante surgie de nulle part sous l’eau.

En Océanie et en Asie du Sud Est, on rencontre le crocodile marin (Crocodylus porosus) il dépasse son cousin d’eau douce de par sa taille moyenne et de par son agressivité.

En septembre 2011, aux Philippines  un spécimen de 21 pieds (6,4 mètres) fut pris au piège et mesuré à Bunawan aux Philippines.

crocdile-marin-capture-a-bunawan-philippines-en-septembre-2011.jpgCrocodile marin de Bunawan capturé en septembre 2011

Une légende tchèque, raconte qu’il y a longtemps un dragon terrorisait Brno (Brünn), il prenait du plaisir à dévorer les enfants et le bétail, jusqu’à ce qu’un courageux chevalier la piège en lui faisant avaler une peau de veau remplie de chaux. Son ventre le brulant affreusement il ingurgita de grandes quantités d’eau ce qui provoqua une réaction chimique violente qui le fit exploser.

Il semble que le dragon en question n’était en fait qu’un grand crocodile. Comme preuve l’on peut voir un crocodile naturalisé et suspendu depuis 1608 dans la mairie de Brünn.

dragon-de-brno.jpgDragon de la mairie de Brno (Brünn)

En novembre 2012, un photographe suisse en a photographié un de 8 mètres dans la région de Mato Grosso au Brésil. On est pourtant loin des mensurations données par certains témoins spécimens comme l’explorateur Percy Fawcett (1867 – 1925 ?) qui a décrit un spécimen mesurant 19 mètres (62 pieds).

un-anaconda-de-8-metres-immortalise-par-le-suisse-franco-banfi-novembre-2012.jpgAnaconda vert photographié Franco Banfi en novembre 2012

En restant en Asie on peut également penser à ce python réticulé (Broghammerus reticulatus) qui a l’avantage d’être connu depuis fort longtemps. C’est pour moi le candidat idéal pour coller avec les premières descriptions du III éme siècle évoquant un lieu hanté par des serpents.

python-reticule-python-reticulatus.jpgUn python réticulé (Broghammerus reticulatus)

Le record de longueur est détenu par ce serpent, on en aurait mesuré un de 10 mètres aux Célèbes (une île appelée également Sulawesi en Indonésie à l'Est de Bornéo) en 1912.

Un poisson a pu être pris pour un dragon chinois mais c'est un régalec (Regalecus glesne) qu’on rencontre en surface ou échoué qui peut atteindre 17 mètres et peser dans les 200 kg, on peut imaginer l’effet qu’il peut produire lorsqu’on le rencontre même si il est inoffensif.

regalec-dragon-chinois.jpgLe dragon chinois de la vidéo, un costume du Nouvel An chinois

Il rappelle étrangement les costumes traditionnels utilisés lors du Nouvel An chinois qui sont serpentiformes comme lui et rouge comme la crête qu’il arbore.

Pour notre Graouilli qui fit une apparition épisodique dans l’histoire mosellane il ne s’agit sûrement pas d’un cryptide ou si tel est le cas on a très peu de chances de le revoir de nos jours.

Un cryptide est un animal recherché par le domaine de la cryptozoologie, le Graouilli rappelle la bête du Gévaudan qui tua entre 88 à 124 personnes entre le 30 juin 1764 et le 19 juin 1767.

Beaucoup de chercheurs et de personnes qui étudient le sujet pensent qu’il s’agissait de tout sauf d’un loup, l’idée séduisante est que cet animal avait été amené et relâché en Gévaudan.

Relâché pour effrayer ?

Tout comme pour le cas de la bête du Gévaudan il est difficile d’accepter que l’animal auteur de ces carnages ait pu apparaître en un lieu unique et disparaitre aussi vite qu’il est apparu sans laisser ni traces ni descendance.

Un reptile exotique aurait très bien pu être amené et relâché dans l'amphithéâtre de Metz, mise à part nos températures rigoureuses qui l'auraient sûrement vite tué, rien ne s'oppose à ce qu'il y ait pu avoir un reptile géant à Metz. Il n'aurait probablement pas vécu à l'état sauvage une année complète sans s’abriter !

Ceci explique que sa présence ne fut que temporaire.

Il arrive souvent que les mythes et légendes aient une part de vérité, n'ayant pas beaucoup d'informations sur le sujet, je propose ceci.

Même si vous êtes téméraires et aimez les serpents ce spécimen de 8 mètres à peine doit vous impressionner donc imaginez vous 1700 ans plus tôt en paysan peut-être illettré tombant nez à nez avec un de ces géants.

En Lorraine d’époque on ne rencontre que la vipère aspic (Vipera aspis) (90 centimètres maximum), la couleuvre à collier (Natrix natrix)  (1 mètre 50) et la couleuvre lisse (Coronella austriaca) (70 centimètres maximum) donc un serpent de 8 mètres a de quoi terrifier !

Ajoutez à cela une bonne dose de superstition, une église n’hésitant pas à propager des histoires de démons pour gagner des fidèles et vous obtenez cette créature de terreur dont les méfaits seront racontés durant des siècles et des siècles.

Ultime question si les dragons cracheurs de feux ne sont qu’un mythe, y a-t-il une possibilité que des animaux y ressemblant énormément aient pu survivre : Y a-t-il encore des dinosaures vivants de nos jours ?

La suite de cet article est disponible ici : " Les dragons : Cryptozoologie et conclusions "

Philippe Mind

Sources : A la recherche du dragon (documentaire), Wikipédia, Mysteries of planet Earth (Karl Shuker), Hominides.com, Sur la piste des bêtes ignorées, futura-sciences.com, Histoires et légendes, Cerbi (Site Internet), La légende du Graouilly par Roger Wadier (Almanach du lorrain 2012), Les derniers dragons d’Afrique (Heuvelmans), Ancient Aliens saison 4 épisode 10 (Aliens et Dinosaures), Geo novembre 1997 (225)

Si vous souhaitez venir discuter de ce sujet ou d'un autre, rendez-vous ici sur le forum officiel du site.

Share

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

actualite et medias

Share

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×