L'arapaima, un géant d'Amazonie

L'arapaima gigas, le plus gros poisson d'eau douce d'Amérique du Sud

 

La paiche (Pérou), pirarucu (Brésil) ou arapaima (Arapaima gigas) est une espèce de poisson de la famille des Osteoglossidés ("langues osseuses") que l’on rencontre en Amazonie et en Guyana.

Suivant  la zone géographique on lui donne différents noms :

  • Au Pérou on l’appelle la paiche.
  • Au Brésil c’est le pirarucu.
  • Ailleurs dans le monde  on l’appelle arapaima ceci est souvent plus pratique vu que son nom scientifique est Arapaima gigas.


Je demande donc aux lecteurs de garder à l’esprit que tous ces noms désignent un seul et même poisson, les auteurs utiliseront peut-être ces noms pour éviter les répétitions et permettre une lecture plus fluide.

Description

Arapaima gigas fut décrit pour la première fois en 1822 par Heinrich Rudolph Schinz*

*Heinrich Rudolph Schinz (1777 – 1861) était un médecin et zoologiste suisse, contemporain de Cuvier et de Lamarck.

Ichtyologie – grand poisson d’eau douce - zoologie - zoology - François de Sarre - Philippe Mind - Brésil - Guyane britannique - Guyana  - arapaima gigas - paiche - pirarucu - poisson géant – Amazone – Heinrich Rudolph Schinz - Pérou - Osteoglossidés

L'arapaima gigas, un des plus gros poissons d'eau douce du monde (credit : wikipedia)

L’arapaima a longtemps été considéré comme le plus grand poisson d’eau douce au monde, car on pensait qu’il atteignait une longueur maximale de 4,5 mètres. Mais cette indication provenait de récits de pêcheurs amazoniens et n’a jamais été prouvée scientifiquement.

Les ichtyologues penchent maintenant pour une longueur maximale autour de 3 mètres.

Le piracuru est une espèce de poisson de la famille des Osteoglossidés : dans la famille des Osteoglossidés (Osteoglossidae), la tête est osseuse et le corps allongé est couvert par de grandes et lourdes écailles, avec une structure en mosaïque. La nageoire dorsale et la nageoire anale sont en rayons mous et longues, alors que les nageoires pectorales et ventrales sont petites. Les arapaimas possèdent des dents provenant de l'os sur la partie inférieure de la cavité buccale, la langue est équipée de dents empêchant la morsure des dents sur la partie supérieure de la cavité buccale.

Comme beaucoup de poissons répandus dans des eaux peu oxygénées, l’arapaïma peut respirer de l’air par sa vessie natatoire. Il émet un bruit caractéristique lorsqu'il déglutit de l'air en surface.

Etymologie

Mais d’où vient son nom ?

Pirarucu vient de la langue des indiens de Guyana et signifie "poisson rouge ".

Alimentation

C'est un prédateur qui se nourrit d’autres poissons, de grenouilles ou d’oiseaux qu’il écrase entre ses plaques dentaires.

L'énorme bouche de l’arapaima possède une langue osseuse et est garnie de petites dents pointues**. Pour chasser, le poisson ouvre très largement sa gueule quand il monte « gober » une proie et créé un tourbillon à la surface de l’eau.

**Ses plaques sont si puissantes que certains indigènes indiens utilisent les écailles et les os comme outils. Même la langue râpeuse et osseuse [d’où le nom du groupe des « Ostéoglossidés », en grec : langue osseuse], équipée d’un ensemble de petites dents, est utilisée comme lime.

Répartition

Bassin de l’Amazone, Guyana (anciennement appelée Guyane britannique).

Des tailles record

Ce dont on peut être sûr, c’est qu’Arapaima gigas est le plus gros poisson d’eau douce d’Amérique du Sud. Sa taille maximale peut donc atteindre 3 mètres, pour un poids de 200 kilos environ (ou un peu moins).

Ichtyologie – grand poisson d’eau douce - zoologie - zoology - François de Sarre - Philippe Mind - Brésil - Guyane britannique - Guyana  - arapaima gigas - paiche - pirarucu - poisson géant – Amazone – Heinrich Rudolph Schinz - Pérou - Osteoglossidés

L'arapaima, un poisson qui rend heureux les pêcheurs (credit : http://www.saidaonline.com/)

Reproduction

Comme beaucoup d’Ostéoglossidés, ces géants s’occupent de leur progéniture. L’arapaima fraie dans les eaux peu profondes des lacs et des zones inondées sur fonds sableux un petit nombre d’œufs gardés par le mâle jusqu’à l’éclosion. Au dire des pêcheurs amazoniens, le mâle surveille les œufs, les met parfois dans sa bouche et les déplace d’un endroit à l’autre. Dès que les jeunes sont en âge de nager, le père les dirige et les garde en rangs serrés au-dessus de sa tête.

Un gilet pare-dents

On le connait pour être l'un des rares animaux à opposer une parfaite résistance aux morsures des piranhas grâce à un véritable gilet pare-dents.

Ichtyologie – grand poisson d’eau douce - zoologie - zoology - François de Sarre - Philippe Mind - Brésil - Guyane britannique - Guyana  - arapaima gigas - paiche - pirarucu - poisson géant – Amazone – Heinrich Rudolph Schinz - Pérou - Osteoglossidés

L'arapaima et le piranha (credit : wikipédia)

Cette faculté provient de ses écailles : on envisage d'ailleurs de s'en servir pour confectionner des matériaux biomimétiques pour confectionner des protections par exemple.

 

Evolution des effectifs

L’arapaima fait l’objet d’une pêche intensive car sa chair (légèrement sucrée et aux arêtes peu nombreuses) est très recherchée.

Selon un récit digne de foi de Marcoy en 1878 : « Les captures trimestrielles d’un seul village se montaient à 10.000 pirarucus ». Moins d’un siècle plus tard, l’espèce avait pratiquement disparu des régions habitées de l’Amazonie et de Guyane, ou était devenue fort rare dans les zones protégées.

La pêche se fait d’ordinaire au harpon aux aguets dans un canoë, mais on le pêche aussi à la canne : on le dit très combatif.

Menacés ?

En raison du manque d’estimations fiables sur les effectifs d’arapaïma, celui-ci n’est pas encore inscrit sur la Liste rouge des espèces menacées de l’IUCN (International Union of Conservation of Nature).

En dehors des prélèvements par la pêche, l’espèce est également menacée par la présence de pesticides, du mercure, de pétrole, et d’autres substances dangereuses, dans les eaux amazoniennes.

Divers

Dans les mêmes biotopes en Amazonie, une espèce voisine, mais beaucoup plus petite (60 cm), l’arowana (Osteoglossum bicirrhosom) est un peu moins menacée. Il nage en dessous de la surface, se nourrissant de petits poissons et d’animaux aquatiques divers. L’arowana incube ses oeufs dans la bouche, c’est d’ailleurs le mâle qui les recueille ; les alevins éclosent au bout de 25 jours environ.

Des solutions ?

L’élevage permettra peut-être un jour d’enrayer la disparition de l’espèce. La croissance de l’arapaïma est rapide (10 kilos par an).

Sources :

Wikipédia,

Encyclopédie du règne animal (Simon Tillier),

GRZIMEK, Bernhard : « Le Monde Animal en 13 volumes, tome IV » - Ed. Stauffacher, Zurich, 1975,

LÜLLING, Karl-Heinz : « Zur Biologie und Ökologie von Arapaima gigas (Pisces, Osteoglossidae) » - Zoomorphology Journal , vol. 54 (4): 436-530, 1964,

http://wwf-arten.wwf.de/

François de Sarre, Philippe Mind

Voir aussi

La raie géante d'eau douce : Une géante des fleuves

Sujets du forum

L'arapaima gigas, un poisson géant d'Amérique du Sud

Anguille électrique : Coup de foudre assuré !

Si vous souhaitez venir discuter de ce sujet ou d'un autre, rendez-vous ici sur le forum officiel du site.

Share

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

actualite et medias

Share

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×