Néandertal est en nous: Etude de l'institut Max-Planck

Il y a peu une information paraissant improbable partait du laboratoire Knome en Californie aus Etats Unis, Ozzy Osbourne avait des gênes de Néandertal dans le sang (Voir Article).

A première vue cette information peut paraître fausse ou carrément extraordinaire et pourtant ...
L'Institut Max-Planck (Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology) à Leipzig en Allemagne.

paléoantropologie néandertal Institut Max-Planck Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology Leipzig Allemagne sapiens homo homme génome ADN identique 1 à 4% heidelbergensis Svante Pääbo Neandertal Genome Project
L'Institut Max-Planck et Svante Pääbo avec un crâne

Le Neandertal Genome Project est le nom du projet d'étude entrepris par l'Institut Max-Planck (Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology). Cette étude a pour but d'étudier les gênes de Néandertal.

Le 07 Mai 2010, Svante Pääbo, directeur du laboratoire de génétique évolutive de l'Institut Max-Planck déclarait:

« La première comparaison de nos deux génomes montre que, contrairement à ce que pensaient de nombreux chercheurs, des Néandertaliens et des hommes modernes se sont mélangés par le passé. Certains d'entre nous portent donc, dans leurs gènes, un peu de Neandertal… »

Cette nouvelle tombe comme une surprise et oui il s'agit là d'une révélation plutôt inattendue sur un être qu'on a dit disparu depuis 28000 ans et inapte à se reproduire avec Homo sapiens (Nous) et pourtant...

En 2006, l'objectif fixé a été de séquencer l'intégralité de l'ADN d'Homo neanderthalensis. Mission en partie accomplie aujourd'hui, avec quatre milliards de paires de bases d'ADN lues, dont un grand nombre l'a été plusieurs fois… Soit, au bout du compte, 65% de la séquence totale, qui est de 3 milliards de bases environ, comme chez l'homme actuel.

La séquence ADN obtenue a permis suite à la comparaison avec les séquences ADN d'hommes actuel (Homo Sapiens).

5 personnes issues de régions différentes ont été séléctionnées pour l'étude :

  • Un San d'Afrique du Sud

  • Un Yoruba d'Afrique de l'Ouest

  • Un Papou de Nouvelle-Guinée

  • Un Han chinois

  • Un Français d'Europe de l'Ouest


Les résultats obtenus et affichés sur les ordinateurs laissent tout d'abord les chercheurs pantois. En effet entre 1 et 4% des fragments de l'ADN de Neandertal se retrouvent à l'identique chez le Papou, le Chinois et le Français, mais pas chez les deux Africains.

Pourquoi ne retrouve t-on rien chez les deux africains ?

On le sait l'Homme de Néandertal vivait en Europe et en Asie occidentale. Homo sapiens quant à lui est venu d'Afrique, si ces deux espèces se sont croisées et qu'il y a eu un métissage il est normal que le peuple africain n'ait pas subit ce métissage car il n'a pas quitté l'Afrique pour migrer vers l'Europe donc n'a jamais croisé Néandertal.

A cela j'ajoute que récemment on a prouvé que Homo Néanderthalensis et Homo Sapiens avaient un ancêtre commun Homo Heidelbergensis.

Philippe Mind

Sujets du forum :

L'Homme de néandertal est en nous 

Si vous souhaitez venir discuter de ce sujet ou d'un autre, rendez-vous ici sur le forum officiel du site.

Share

Commentaires (2)

1. Rintintin 23/02/2011

Il faudrait déjà réussir à prouver que l'etre humain est bien issu du continent africain.

On sait que l'Homo habilis est un australopithèque c'est à dire un singe sans aucune parentée avec l'espèce humaine, dont le nom n'a jamais été rectifié en Australopithecus Habilis comme il le devrait.

L'Homo Rudolfiensis a un crane trafiqué dont la face a été aplatie artificiellement pour lui donner une apparence humaine, mais est en réalité un autralopithèque aussi (source cf. Etude Bromage Laekey)

Les plus vieux singe bipèdes de type autralopitheques sont macédoniens (Cf. Ouranopithecus macedoniensis).

Le plus vieil etre humain vrai au monde est l'Homo Georgicus de Dmanisi (Caucase)...

Les plus vieux outils taillés ont été découverts dans le sud de la Chine. Découverte contestée car elle a été effectuée dans des alluvions fluviatiles qui ont pu etre "vielli" par l'érosion.

Or toutes les découverts africaines ont elles aussi eu lieu dans des alluvions fluviatiles... A croire que les fleuves africains sont plus soigneux que les fleuves chinois...

Bref, tout tend à prouver que l'ancetre de l'espèce humaine a migré vers l'afrique et non l'inverse. Ce qui serait plus logique.

L'Eurasie étant le berceau de l'humanité, elle aurait vu naturellement apparaitre plusieurs sortes d'humains dont une branche a migré vers l'afrique ou elle est restée isolée.

Confrontée aux australopithèques, elle les aurait éliminés tout simplement par concurrence, ce qui expliquerait l'extinction progressive de l'autralopithèque concordante avec les restes humains découverts dans ces régions...

Les autres espèces humaines eurasiatiques se seraient cotoyées donc mélangée naturellement en fonction de leurs migrations, des glaciations etc.

Ce n'est pas plus compliqué que ça...

2. Philippe Mind (site web) 28/02/2011

Bonjour,

J'avoue que ce que vous dites est très instructif mais une chose m'échappe vous dites : " Il faudrait déjà prouver que l'Homme est issu du continent africain"
Oui cela serait bien mais ça ne changerait probablement les résultats d'analyse faites par l'institut Max Planck.
En tout cas je vois que j'ai affaire à un connaisseur car les données sont justes et je vous invite à nous rejoindre sur le forum du site en suivant le lien sous l'article pour continuer notre conversation.

Au plaisir de vous lire, à bientôt.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

actualite et medias

Share

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×